full screen background image

The Little Museum of Dublin !

Photo tirée du site: www.brendanjoseph.com

Salle n°2 Photo tirée du site: www.brendanjoseph.com

The Little Museum of Dublin !

Il existe un petit musée en plein centre de Dublin qui à première vue ne paye pas de mine. Mais une fois qu’on entre à l’intérieur, l’étonnement vient remplacer l’à priori du début !

Hier après-midi j’étais allée me promener dans les rues de Dublin et je suis tombée sur ce musée en face de St Stephen’s Green. J’ai décidé d’y entrer et dès que j’ai eu passé la porte, une jeune femme m’a accueillie : cheveux roux, yeux verts avec une personnalité plus que chaleureuse : j’étais bien en face d’une irlandaise pure souche ! Elle me salue avec un grand sourire et m’indique qu’il y a une visite guidée qui commence dans 3 min. Je me dépêche de lui donner 4€50 ( le coût du ticket) et je monte les escaliers pour atteindre la première salle du musée.

C’est une pièce remplie de décorations, objets et bibelots en tout genre qui ont tous un lien plus ou moins lointain avec l’histoire de Dublin. Que ce soit une copie de la proclamation indépendance ou un vitrail d’église en passant par un renard empaillé, tout dans cette salle est si bien arrangé qu’on a envie de tout découvrir. Finalement, le guide entre, petit veston et pantalon serré, on dirait un vrai dandy. Il se présente : il s’appelle John et sera notre guide pendant cette visite de trente minutes. Il commence à expliquer l’histoire cachée derrière les objets de la salle et nous confie des petites anecdotes au fur et à mesure.

L’aspect « historico-historique » prend rapidement fin et il nous amène dans une autre partie du musée décorée par mille et une affiches. Chaque pan du mur représente une décennie des années 1920 aux années 1990. Une fois arrivées aux années 1980, le guide nous raconte l’euphorie qu’avait causé le millénium en 1988 : il nous présente alors les fameuses bouteilles de lait « millenium » ou encore la bouteille de vin (soit disant) vieille de 1000 ans, qui s’arrachaient en 1988. Ce n’est pas sans quelques autres blagues que John continue la visite ; mon niveau d’anglais étant ce qu’il est, je ne peux malheureusement pas toutes vous les raconter !

La visite se termine par un grand nombre de questions auxquelles John se fait une joie de répondre avec un zèle amusant. Cependant, obligé de nous quitter pour enchaîner avec un autre groupe, il nous laisse finir seul la visite du musée à l’étage supérieur.

Je grippe les escaliers et j’arrive dans une salle consacrée au Irish Times, le célèbre journal irlandais. C’est un petite pièce qui a pour but de recréer le bureau de l’éditeur en chef du journal pendant les années 1930-50. Nous avons le choix entre un amas de vieux journaux qu’on peut lire à la loupe ou bien un ancien mot fléché qu’on peut essayer de résoudre sur un tableau effaçable. Un poste radio des années 1920 nous explique plus précisément en quoi consistait le travail des journalistes, et notamment celui des journalistes féminines qui avaient beaucoup de mal à se faire entendre en Irlande à cette époque.

La visite se poursuit dans une pièce dédiée à Alfred Byrne, le maire de Dublin de 1930 à 1939. C’est un personnage politique très important pour les Irlandais de par son statut social mais aussi par de nombreuses actions en faveur d’une Irlande forte face au Royaume-Uni. Sa sympathie à l’égard des Dubliners lui ont valu que ces derniers lui donne une petit surnom effectue : Alfie.

Enfin, ma visite ce termine par une entrée dans l’univers de U2. Une salle est été aménagée par des fans du groupe pour rendre hommage à leur idole. Il y a entre autre une série de photos de Bono lors de ces rencontres avec des dirigeants mondiaux (notamment notre Chirac national !).

Ce musée a été une vraie surprise pour moi qui ne m’attendais pas du tout à découvrir Dublin sous cet angle. Je le conseille vivement à tous ceux qui voudraient passer un bon moment tout en apprenant des petites histoires concernant la capitale irlandaise.

Camille




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *