full screen background image

Le premier accord universel contre le réchauffement climatique de l’Histoire.

logo-cop-21-carr-

Quelques jours avant le lancement de la COP 21, j’écrivais un article particulièrement pessimiste sur l’issue de celle-ci. Force est de constater que les représentants des 195 pays m’ont heureusement donné tort. En effet, le texte de l’accord a été adopté à l’unanimité ce samedi 12 décembre 2015. L’accord prévoit notamment de limiter le réchauffement climatique à 2°C et même de tout faire pour tendre vers 1,5°C. Il prévoit aussi de réviser les engagements des parties dès 2025. La date a volontairement été choisie tard. L’enjeu est en effet diplomatique. Le texte ne pouvant être adopté qu’à l’unanimité, il s’est agît de concilier le droit au développement des pays émergents (notamment l’Inde qui apparaissait comme le mauvais élève de la COP) et l’urgence climatique qui va jusqu’à menacer la survie de certains États rassemblés en V20. C’est notamment pour eux qu’a été mentionné l’objectif de 1,5°C car c’est à partir de ce stade que certains de ces états disparaîtront purement et simplement de la carte, engloutis sous la montée des eaux. Certains reprocheront que le texte est trop flou mais il s’agit bien de « la fin d’un chemin, le début d’un autre ». Le mouvement est lancé et il ne doit pas s’arrêter. Pour que l’objectif de 1,5°C soit tenable, il s’agit déjà de sortir des énergies fossiles d’ici à 2020. On voit là l’urgence et la complexité de l’action mais comme le dit Claude Lorius dans son film La Glace et le Ciel « l’Homme n’est jamais aussi sublimement lui-même que devant l’adversité ». Cet accord est accompagné de celui signé par les maires des grandes villes rassemblés à Paris et qui se sont engagés à du 100% d’énergie verte d’ici 2020. Les villes ont dans leurs mains, la moitié de la solution à l’équation énergétique mondiale. Tous ses signes sont autant d’espoirs, pour nous, et pour les prochains. Mais nous-mêmes, lycéens serons touché par le réchauffement climatique si nous ne faisons rien. Alors, nous n’avons pas d’excuses pour ne pas faire de l’écologie au quotidien. Si 195 pays ont su se mettre d’accord, pourquoi ne serions nous pas capables de faire un peu attention à notre planète nous aussi ? Saluons le travail immense et magnifique accompli par les négociateurs, le président de la République et de Laurent Fabius, président de cette COP. Ce soir, je recrois en l’humanité et à sa capacité à se remettre en cause.

T.LUCIUS

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *