full screen background image

Pourquoi faut-il être féministe ?

Féminisme-logo-poing – Avant que vous lisiez cet article je tiens à déclarer que mes opinions n’engagent que moi –  

J’écris aujourd’hui en réaction à une situation que je trouve absurde, et même choquante ; le manque d’éducation sur ce qu’est le féminisme et sur ce qu’est un-e féministe.

Souvent les jeunes adultes, ou adolescents cherchent quelque chose pour se construire, une cause à défendre. La mienne est le féminisme.

J’ai voulu chercher à comprendre sa place dans notre monde moderne et spécialement le point de vue de ma génération sur ce sujet.

J’ai donc posé deux questions à des adolescent-e-s entre 15 et 18 ans : êtes-vous féministe ? Pourquoi ?

La plupart des individus de sexe masculin (tous en fait) m’ont répondu que non, ils n’étaient pas féministes, car les femmes et les hommes étaient déjà égaux et que le féminisme est une affaire de femmes. Certains ont nuancé en reconnaissant qu’il subsiste des problèmes d’inégalité mais sans pour autant se reconnaître féministe – un mot trop fort. Ils sont néanmoins pour l’égalité hommes-femmes.

Chez les filles, l’opinion est divisée. Environ la moitié se déclarent féministes en s’appuyant sur le fait qu’une femme gagne environ 12% de moins qu’un homme pour le même poste et les mêmes qualifications ou en déclarant simplement que si les femmes ne sont pas féministes alors qui le sera? L’autre moitié, en étant néanmoins en accord sur l’égalité des sexes, refusent de se déclarer féministes car pour elles cela signifie prendre le pouvoir sur l’homme et se déclarer comme supérieures, ce qu’elle ne souhaitent pas.

En réalité toutes ces personnes, qu’elles le sache ou non, sont féministes. Elles sont toutes d’accord sur le principe que les femmes et les homme doivent être égaux. Et c’est tout. Voilà ce qu’est le féminisme, voilà ce qu’est un-e féministe. Une personne qui croit en l’égalité homme-femme.

Malheureusement le mot féminisme fait peur, il est entaché par une légende urbaine de FEMEN hystérique, de vieille folle aux chats éternellement célibataire, ou de lesbienne voulant éradiquer la race masculine. Il est vrai que certains féminismes sont extrêmes et vont sûrement trop loin, mais comme dans tout on ne peut pas faire d’un cas une généralité.

Les féministes, femmes et hommes (oui oui ça existe) sont pour la plupart des personnes normales, avec une famille, des amis et non pas des énergumènes fanatiques.

Pour ma part j’en ai mis du temps à me déclarer comme féministe. Je trouvais également que c’était un mot trop fort et qui ne reflétait pas ma pensée. Mais j’avais des préjugés et un sérieux manque d’information – car c’est cela le majeur problème avec le féminisme, on n’en a peur car on ne sait pas vraiment ce que c’est alors que c’est dérisoirement simple ; l’égalité entre les hommes et les femmes. Mais quand j’ai découvert et compris les différences criantes qui substitent encore aujourd’hui sur tous les plans entre hommes et femmes, ça a été comme une évidence.

Oui je suis pour l’égalité hommes-femmes, oui je suis féministe et oui je l’assume.

Parfois on pense que j’ai un problème psychologique quand je me plains devant une énième publicité qui montre une femme faisant le ménage – jamais d’homme – et un père conduisant sa voiture en essayant d’éviter sa famille pour aller voir un match avec ses potes. Il est important que l’on se rende compte que nous sommes bombardés d’images tristement sexistes, et cela pour les deux sexes. Je ne pense pas que toutes les femmes se reconnaissent dans l’image de la ménagère simplette pour qui le bonheur ultime équivaut à acheter un nouveau détergent ni que les hommes se reconnaissent dans l’image du gros beauf qui essaye à tout prix d’échapper à sa femme et ses enfants.

Car le féminisme n’est pas seulement à propos des femmes, c’est à propos de la société tout entière, c’est à propos de la reconnaissance du rôle des hommes dans la vie de famille, de leur rôle auprès des enfants, de leur sensibilité et du fait qu’ils peuvent aussi ressentir des émotions et ne pas seulement être l’homme de Cro-Magnon ramenant sa chasse du jour pour nourrir sa tribu.

Peut-être que le mal est fait, peut-être que le mot féminisme est corrompu à jamais ? Peut-être faudrait-il préférer un terme comme égalitarisme ?

Honnêtement je ne sais pas, quel que soit le nom que l’on lui donne seul le but importe.

L’É-G-A-L-I-T-É une bonne fois pour toute, en théorie comme en pratique entre les hommes et les femmes.

Alors oui il faut être féministe, femmes comme hommes, il faut le crier sur tous les toits, il faut en parler, l’expliquer et le démontrer car c’est dans notre intérêt à tous. Le féminisme a toujours sa place dans notre société moderne car rien n’est acquis (je pense par exemple au gouvernement espagnol qui a failli supprimer le droit à l’avortement en début d’année), et la lutte continue et continuera.

Alors oublions les préjugés et souvenons-nous bien d’une chose ;

Tous les Hommes et les Femmes naissent et demeurent libres et égaux en droits.

Merci à toutes les personnes qui ont bien voulu répondre à mon sondage !




One thought on “Pourquoi faut-il être féministe ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *