full screen background image

L’Etat condamné à verser 7900 euros à une victime de tir de flashball

Une première 

La préfecture de police de Paris a été  condamnée à verser un total de 7.900 euros à un jeune homme blessé en 2009 par  un tir de « flash-ball ». Le jeune Rouennais avait eu une fracture de la mâchoire, deux dents fêlées  et plusieurs plaies sur les joues. Lors de l’audience le 3 décembre, il avait  réclamé plus de 33.000 euros de dommages.

Polémique autour du flashball

L’utilisation du flashball a fait polémique à de nombreuses reprises depuis son apparition en France. En mars 2012, un policier était jugé à Nantes pour « violences aggravées » sur un lycéen de 17 ans qui a perdu l’usage de son œil droit après avoir reçu un tir de « flash-ball ». La justice avait finalement dissuadé le jeune homme de sa demande et avait relaxé le policier.En août 2011, un autre jeune avait lui aussi été blessé à la tête par un tir de flash-ball lors d’échauffourées entre jeunes et forces de l’ordre dans le quartier d’Amiens-nord, en Picardie. Même problème à Montreuil, où un homme avait perdu un œil après un tir de flashball en juillet 2009. La police des polices avait cette fois-ci conclu que des policiers n’avaient pas respecté les règles. Nombreux étaient alors ceux à s’interroger sur la dangerosité du flashball.

220px-flashball_-_french_police_01

(Morgane)




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *