full screen background image

L’égalité homme/femme, le combat du XXIe siècle ?

Si je vous dis ‘femme’, à quoi pensez-vous ? Foyer, ou bien active ? C’est là que le problème se pose. Le XXIe siècle pourrait être alors celui du changement, avec l’espoir de voir apparaître une solution à ce problème.

C’est un fait, la société contemporaine est soumise à la différenciation des genres. Le masculin en est un, le féminin un autre. Mais cette règle n’existe qu’à cause de notre héritage historique : l’homme au travail, la femme au foyer. Ce genre de stéréotype persiste, malgré les luttes qui ont eu lieu dans de nombreux pays du monde en faveur de l’égalité entre hommes et femmes. Comment un monde se disant moderne peut-il encore accepter de telles injustices ?

 

parite-homme-femme-au-travail

 

Au XXe siècle, la position de la femme a évolué, tant en France que dans le monde entier. Elle acquiert peu à peu des droits sociaux et politiques. Tout d’abord, la libération du vêtement joue un rôle dans l’émancipation de la femme. C’est dans les années 1910 et 1920 que les jupes se raccourcissent, les décolletés s’élargissent, les corsets disparaissent. Le pantalon féminin n’apparaît qu’en été 1939 ! De plus, les femmes accèdent au Baccalauréat un siècle plus tard que les hommes, et peu sont celles qui s’y présentent (seules les femmes issues d’un milieu aisé). Les programmes scolaires sont différenciés, avec les travaux à l’aiguille et l’économie domestique dispensés seulement aux filles, et le sport et les travaux manuels pour les garçons. L’éducation destinait alors la femme à mener une vie de mère au foyer. La mixité fille/garçon à l’école n’est rendue obligatoire qu’en 1975 par la loi Haby. Enfin, l’acquisition du droit de vote est fondamentale. En France, sachant que les hommes ont élu pour la première fois au suffrage universel en 1792, les femmes ont quant à elles obtenu le droit de vote en 1944, ce qui fait une grande différence. Le premier pays à accorder le droit de vote aux femmes fut la Nouvelle-Zélande en 1893, puis viennent les premiers pays d’Europe avec la Finlande, la Norvège, la Suède et l’Islande dans les années 1900 et début 1910. La Première Guerre Mondiale constitue un véritable tournant pour l’obtention du droit de vote féminin, et la plupart des pays dans le monde le met en place. Désormais, il y a peu de pays dans lesquels le vote des femmes n’est pas accordé. L’égalité entre hommes et femmes fait ses progrès lentement, c’est un long processus lancé par le XXe siècle.

 

téléchargement

De nos jours, c’est surtout le monde du travail qui est touché. Tout d’abord, dans les entretiens d’embauche : il reste des sociétés sexistes, qui discriminent la femme sur ses capacités à travailler. En effet, elle aurait le « désavantage majeur » de pouvoir tomber enceinte, ce qui entraîne un congé maternité et donc des remplacements, absences etc… Malheureusement, cela encourage encore des embaucheurs à ne pas employer des femmes. D’après l’Observatoire des Inégalités, 8% d’entre elles subissent un emploi à temps partiel, contre 2,8 chez les hommes. De plus, la femme gagne en moyenne 20% de moins que le salaire de l’homme, et cette différence grandit avec l’âge de la personne. Ensuite, elle ne peut pas accéder à un travail à cause de la qualification requise : dans la catégorie cadres/chefs d’entreprise, 9% sont des femmes et 13% sont des hommes, et dans celle de la construction, 1,3% sont des femmes et 10,5 sont des hommes ! (Source : INSEE) Cependant, ces chiffres sont en constante évolution, vers un monde du travail plus égalitaire. Un premier groupe de militantes pour le droit des Femmes se crée dans les années 1990, ce sont « Les Chiennes de Garde », et qui se considèrent comme les descendantes du MLF (Mouvement de Libération des Femmes, datant de 1968). Il sera ensuite suivi de plusieurs autres du même type, ce qui montre l’engagement croissant des femmes dans la société.

 

prof_fem-2

Ces luttes en faveur des droits des femmes sont encore d’actualité. En effet, on peut noter l’émergence de trois groupes importants dans les années 2000 : « Ni putes, ni soumises » en 2003, « Osez le féminisme ! » en 2009 et le « Femen » en 2011 en France (créé en Ukraine en 2009). Ces associations militent en diffusant des tracts, des affiches, mais aussi en intervenant auprès de la population et en manifestant. Elles veulent évidemment interpeller les Français et les inviter à réfléchir sur la cause des femmes. Le Femen est connu pour ses manifestations faites les seins nus, afin de choquer la population et donc de les faire réagir au problème. Il existe aussi de plus en plus d’associations de self-défense spécialement pour les femmes, par prévention de la violence conjugale ou dans la rue. Ces groupes apparaissent comme de simples associations mais sont en réalité très axées et donc très féministes. Bien sûr, ces luttes se reflètent dans de nombreux pays du monde entier.

Etant au Lycée Français D’Irlande, je vais me pencher sur le cas irlandais. Tout d’abord, il faut savoir que l’Irlande est l’un des pays les plus sexistes et les plus répressifs de l’Europe. En effet, les mouvements féministes sont timides, la transmission des valeurs féministes ne se fait qu’à travers peu de formations à l’université. Les femmes sont peu écoutées dans le système irlandais. Même si des irlandaises s’engagent, la plupart restent en dehors de ces questions. On voit alors bien la différence de priorités entre les deux sociétés. On peut ajouter qu’étant un pays très catholique, l’Irlande est un pays de tradition chrétienne et cela peut influencer l’opinion et la façon de vivre. Par conséquent, le féminisme est une question d’ordre mondial, mais prise à différentes échelles selon les us et coutumes des pays.

 

2752402-3894808

 

Des injustices persistent malgré notre monde moderne, mais la cause féminine a évolué et est en train d’évoluer. Il est évident que l’égalité parfaite n’existe pas, mais la société peut s’en approcher et acquérir, selon moi, une certaine égalité d’ici le milieu du XXIe siècle. Pour conclure, il est important de souligner l’engagement des hommes pour les femmes. Ils sont peu nombreux mais bien présents, notamment dans les manifestations publiques. Comme l’illustre le dessin suivant, l’homme peut aider la femme à sortir de son ombre.

Stand-up-Elias-Riedmann1

 

Sources :

Observatoire des Inégalités

Ministère des Droits des Femmes

Congrès International d’études féministes, spécial Irlande

Manon




3 thoughts on “L’égalité homme/femme, le combat du XXIe siècle ?

  1. jenny

    excusez moi mais c’est aujourd’hui du coté des hommes que l’injustice est flagrante, pourquoi vous ne mettez pas le doigt sur les métiers hyper féminisés pourquoi vous ne dites pas qu’aujourd’hui en 2015 et ce depuis 5 ans le chomage des hommes est plus important que celui des femmes.
    Pourquoi vous ne parlez pas de l’injustice familiale qui donne toujours raison aux meres en matière de divorce. l’égalité hommes femmes ne doit pas être prise que du prisme de la femme.
    Rétablissez la vérité

    répondre
    1. journalistelfi Poster auteur

      Bonjour,

      Cet article ayant été posté en mai 2014, il me semble évident que la situation ait changé depuis. C’était un avis ancré au moment où il a été écrit.
      De plus, certes il existe une certaine inégalité qui vient discriminer les hommes, mais il ne faut pas pour autant considérer que dès lors le sexisme envers les femmes n’existe plus. Cet article discute justement de la discrimination qui existait envers les femmes, d’où l’absence du point que vous mettez en évidence.
      Néanmoins vous soulevez ici un point très important qui mérite d’être étudié aussi, peut-être le point de départ d’un prochain article sur la grenouille ?

      répondre
    2. DS

      Certains métiers très féminisées accessibles via concours (prof, orthophoniste…) donnent l’avantage aux hommes du fait qu’il en manque. A compétences égales le candidat homme sera préféré parce qu’il y en a peu (de l’aveu d’un jury). Après il est certain que du côté des hommes il y a des injustices aussi.
      Ne serait-il pas intéressant que hommes et femmes s’unissent dans tous leurs combats? Etre féministe n’est pas être contre les hommes; c’est juste dire dans la société je suis un citoyen au même titre que tous les autres, je veux les mêmes droits dans leur totalité.

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *