full screen background image

Le Hobbit: La Bataille Des Cinq Armées – Peter Jackson

C’est avec cet ultime opus que la trilogie du Hobbit s’achève. Il y a eu un grand chemin parcouru depuis les premières adaptations des romans de Tolkien au cinéma par Peter Jackson, que dire donc de l’achèvement de cette épopée ?

L’histoire reprend là où l’autre nous a laissé (sur un cliffhanger médiocre), lorsque Smaug, le dragon gardant la Montagne solitaire (fief de nos amis les nains) ainsi que tous ses trésors, se réveille et s’envole vers la ville dans l’intention de la raser de son souffle dévastateur.

Ce nouveau chapitre s’ouvre sur la défaite rapide du dragon tué d’une flèche, de façon prévisible… Une fois le dragon vaincu et les nains enfin dans leur ancestrale demeure, les ressources colossales contenues dans la montagne commencent peu a peu à attirer la curiosité des peuples nains, elfes et humains aux alentours…
Plutôt que m’attarder longuement et inutilement sur cette transition pitoyable entre ce film et le précédent (le problème est bien de vouloir étaler un seul livre en 3 films de 2h30 chacun), je vais m’attarder sur la partie principale du film.

Évidement, un film inspiré d’un livre se doit d’être fidèle à celui-ci. Ne l’ayant malheureusement pas lu, je ne pourrais pas le juger à sa juste valeur. Il est d’ailleurs difficile de juger « La Bataille des cinq Armées » à sa juste valeur, car il fait partie d’une trilogie, elle même suivant la trilogie du seigneur des anneaux. Et c’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle je n’ai pas apprécié ce film ; il ne transmet que peu l’émotion et la grandeur que possédait Le Retour du Roi, en tant qu’achèvement de trilogie, et de ce fait rate sa mission d’être l’apothéose de cette mythique hexalogie.

Il y a tout de même des scènes d’action de grande qualité dans ce film (notamment les scènes de batailles entre les nains et les orcs, ou celle entre Gandalf, Saruman, Galadriel et Elrond contre Sauron et ses Nazgûl…), ainsi que des paysages d’une grande beauté, toujours Filmés en Nouvelle-Zélande (et en fond vert);

Néanmoins, le détail le plus irritant à mes yeux, se trouve peut être finalement dans le titre même; « Le Hobbit », alors que Bilbo n’apparaît que peu dans le film, en comparaison d’autres personnages. Même Thorin, qui est sensé être le héros, ou du moins, le second personnage plus important, apparaît lui aussi très peu, mais ses apparitions sont remarquables ; le jeu d’acteur est bien maîtrisé dans son ensemble, y compris celui d’Alfrid, qui apparaît bien trop à l’écran par rapport aux deux sus-nommés, ce qui est vraiment regrettable.

La Bataille Des Cinq Armées m’a semblé plutôt bâclée, et est définitivement moins grandiose que « le retour du roi. » Toutefois, les enjeux du Hobbit, reconquérir une montagne, sont de moindre importance que ceux de détruire l’objet qui permettrait à une force de destruction de récupérer la totalité de son pouvoir. Cela permet de remettre en perspective la fin, et d’apprécier le retour calme dans la ville rurale et joyeuse de Cul-de-sac, qui amorce doucement le commencement du Seigneur des anneaux.

Note de l’auteur: 6/10

Trailer VO:

Sources des images utilisées:
http://img.filmsactu.net/datas/films/l/e/le-hobbit-la-bataille-des-cinq-armees/xl/le-hobbit-la-bataille-des-cinq-armees-photo-5486edeedc07d.jpg
http://braindamaged.fr/wp-content/uploads/2014/07/le-hobbit-la-bataille-des-cinq-armees-supplementaires-bard-haie-donnheur.jpg
http://toutelaculture.com/wp-content/uploads/2014/12/hob.jpg




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *